Pérou – De Pampa à Limacpunko en 192 km par Kevin

TOTAL : 21 556 km

🛣️ Bord de route

La semaine a commencé par une belle journée à longer des rizières, puis par une nuit au bord de la route. Même si les hôtels ne sont pas chers du tout ici, nous essayons de nous reposer au contact des gens. C’est à Santa Rosa que nous avons décidé de nous arrêter. Les habitants de ce village routier nous ont déconseillé de dormir ici car trop dangereux. Nous nous sommes dirigés chez les gendarmes, qui nous ont indiqué un lieu sûr, à côté de la gendarmerie. C’était probablement sûr mais la nuit a été mouvementée avec les chiens, les passages de véhicules et les habitants. On a dû dormir 3 heures, car à 5 h le village s’est réveillé pour proposer ses services aux véhicules de passage. Nous avons apprécié de vivre cette matinée à la péruvienne, mais nous n’avons pas regretté la nuit d’après à Mazuko ! On s’est permis un petit hôtel bien confortable et comme nous sommes arrivés à 10 h, nous avons eu le temps de faire une courte sieste. 

Depuis que nous sommes en Amazonie au Pérou, il est difficile de trouver des emplacements sûrs et confortables. L’humidité, les mouches et les passages de voitures nous empêchent de nous reposer correctement. Mais l’Amazonie va prendre fin, Mazuko étant la dernière ville avant la cordillère des Andes. 

🇵🇪 Région Cuzco

C’est officiel ! Nous avons traversé le pont qui sépare la région de Madre de Dios et Cuzco. Nous n’avons pas encore vu de changement majeur, mais d’ici quelques jours nous allons prendre de l’altitude avec un col à 4 825 m. Nous avons hâte de retrouver de la tranquillité et du confort ! L’Amazonie aura duré un mois, une belle aventure dans cette jungle humide et hostile. 

🏘️ Petit Pueblo

On a redécouvert les petits villages durant notre ascension. Quel bonheur de retrouver une petite population, des petites maisons, des sourires et de l’hospitalité. Notre traversée péruvienne en Amazonie était finalement rude en rencontres. Nous avions du mal à nous sentir bien dans ces villes routières. Dans les villages, c’est une autre ambiance, plus chaleureuse

Nous avons grimpé progressivement ces montagnes, toujours entourés par la dense forêt hostile et accompagnés par la pluie tropicale. Il fallait rester prudent les nuits pour éviter de tomber sur des animaux dangereux, qui étaient véritablement présents.

L’avantage des villages, c’est de se sentir en sécurité à l’abri de ces animaux et de la pluie. 

👪 Nikasio y Mario

Rencontre improbable à Quincemil. Nous sommes partis de cette ville en saluant cet homme chaleureux, qui nous a prêté un lit et son temps pour nous faire à manger : Nikasio. 5 km plus tard, un homme en moto est venu à notre hauteur pour discuter, le temps pour nous de reprendre nos forces après la montée. Il nous a posé quelques questions et nous a informés qu’il a un employé tchèque qui a fait 78 000 km à vélo. Impossible de ne pas aller à sa rencontre. Nous avons poussé les portes de cet écovillage pour rencontrer cet homme : Claudio et son chef Mario. Après quelques heures à discuter, ils nous ont accueillis et transmis l’histoire du Pérou et son présent. Deux amis de Mario, dont l’un est journaliste, sont venus de Lima pour faire la promotion de son emplacement et dénoncer des problèmes aux alentours. Nous avons beaucoup discuté de ça, de ce pays riche en minéraux, en histoire et en biodiversité. Les problèmes d’extraction de l’or, de l’argent, de la corruption, des difficultés pour préserver la nature, des abus sexuels dans la partie amazonienne, de la mafia qui règne en tuant les personnes qui lui font obstacle, le vol des jeunes filles de Lima, la pollution qui déborde sur les routes, l’obésité… Le Pérou est loin d’être une exception, dans chaque pays il y a des bons et des mauvais côtés. Ces rencontres nous ouvrent les yeux sur le pays mais aussi sur le monde. Nous avons également pris conscience de l’ambiance qui nous entourait et qui rendait notre progression particulièrement plate en rencontres et en sourires. 

Sur la photo vous pourrez voir, au centre, le maire de Quincemil… Nous ne le savons pas mais cet homme profite de l’extraction de l’or pour se faire un peu d’argent. Il favorise son développement dans cette région. Ce qui va totalement à l’encontre des valeurs de Mario. Marco, le journaliste présent, a rédigé un article pour dénoncer ces pratiques dévastatrices pour l’environnement et pour les conditions humaines. Le maire n’a pas tellement apprécié… 

🏔️ À l’attaque

Nous avons quitté Mario et Claus après un MAGNIFIQUE petit déjeuner et de nombreux encouragements pour la suite. Une belle rencontre, qui restera gravée dans notre mémoire. Nous sommes partis avec le sourire aux lèvres pour attaquer ces montagnes en direction du col Pircuyani. Une journée sans trop de difficultés avec un temps pluvieux. Nous avons fini notre journée dans un restaurant routier qui nous a prêté son toit et nous a proposé un maté à la feuille de coca. C’était donc officiellement le grand retour de l’altitude avec des arbres qui commencent à diminuer et des températures en baisse. 

🏘️ Limacpunko

La semaine s’est terminée en altitude dans un petit village : Limacpunko. Nous avons été accueillis par un ami des cyclistes, qui a déjà hébergé du monde dans son hôtel en construction. Juste avant, c’est un policier qui nous a invités chez lui pour boire du rhum et de la coca. Pour lui, le dimanche c’est la journée boisson. Il n’était, en effet, pas très sobre, au point de demander à sa femme le nom de sa fille. C’était tout de même très agréable et intéressant de voir l’habitation d’une famille locale. On a commencé à ressentir les premiers signes de l’altitude. Les montagnes sont devenues de plus en plus impressionnantes. 

Descriptif de la semaine :

#329 – Pampa – Santa Rosa – 36 km – 80 m de dénivelé – Bivouac
#330 – Santa Rosa – Mazuko – 29 km – 402 m de dénivelé – Auberge
#331 – Mazuko – Ruta 30C – 25 km – 299 m de dénivelé – Bivouac
#332 – Ruta 30C – Quincemil – 48 km – 647 m de dénivelé – Hébergés
#333 – Quincemil – Ruta 30C – 5 km – 90 m de dénivelé – Hébergés 
#334 – Rura 30C – Après Chaupichaka – 38 km – 1027 m de dénivelé – Hébergés
#335 – Après Chaupichaka – Limacpunko – 11 km – 510 m de dénivelé – Hébergés

Tags:

Partager:

Autres articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.