BOLIVIE – De La Laguna Colorada à San Cristobal en 200 km

Article précédent

TOTAL : 19 164 km

🏜️ Sable

Après une reposante et chaude nuit à l’Árbol de Piedra, nous avons repris la route sur un chemin plutôt correct. Les kilomètres défilaient et nous avons croisé des Italiens. Nous échangions nos retours sur la qualité du terrain et ils nous annonçaient un peu de sable. C’était sans prendre en compte LA MACHINA ! Une machine qui passe de temps en temps pour remettre à niveau certaines routes. Nous l’avons donc suivie sur presque 5 km ! Vous ne pouvez pas imaginer notre joie. 5 km de piste cyclable. C’était en quittant la réserve nationale que la machina a fait demi-tour. Une petite larme, mais une chance pour nous d’avoir pu profiter de cette route plate. La suite était moins glorieuse après une pause déjeuner. Nous nous sommes retrouvés au milieu du désert sans trop savoir quel chemin prendre pour nous ravitailler en eau dans un hôtel. Des centaines de chemins tracés par les 4×4 ! Impossible d’y voir clair… Nous avons fait au mieux pour trouver une route correcte, mais nous avons poussé les vélos les trois quarts du temps. Un moment à la fois superbe par ces paysages qui nous entouraient, mais aussi éprouvant en poussant nos machines dans le sable

Après 2 h 30 pour faire 8 km, nous sommes arrivés à l’hôtel. Le soleil commençait à partir, alors nous avons demandé s’il y avait possibilité de dormir dans les chambres des guides (qui accompagnent les touristes sur les sites). C’est courant ici, ce genre de demande. La très généreuse Alice nous a ainsi offert l’habitation pour passer une belle nuit au chaud et profiter d’un bon repas. Un grand merci à notre sportive, qui a tenu tête au sable de la journée. Bravo. 

🤒 Malade

C’était au beau milieu du désert, sans rien ni personne (enfin si, des touristes) que nous avions décidé de passer une nuit dans les habitations pour les guides. De confortables lits avec de grosses couvertures, et même un chauffage. Une toute petite pause à l’hôtel et le corps s’est trop relâché. Alice, Denis et Kevin ont passé une belle journée au lit. 

C’est souvent quand nous décidons de nous poser que certaines maladies apparaissent ou ainsi que quelques douleurs musculaires. Difficile de boucler le tour du Monde sans faire de pauses. 

💧 La fin approche

Une matinée qui était difficile à démarrer avec la journée de la veille au lit. Nous avons commencé en poussant les vélos dans le sable avant de rejoindre un magnifique canyon. Un paysage qui a redonné du sourire à toute la troupe pour poursuivre la journée dans une plaine désertique. Le chemin était relativement bon, pas trop de sable, juste des vaguelounettes qui tapent les fesses. Une petite descente qui nous a fait du bien pour arriver à temps à la Laguna Hedionda. Mais Pachamama (Mère Nature) nous a rappelé que notre moyen de transport n’était pas insubmersible. Denis a crevé au milieu de nulle part ! Après une réparation, son pneu a éclaté. Pas de chance. Heureusement, Alice nous avait apporté deux pneus de qualité à Salta en Argentine, nous avons pu en faire bénéficier Denis. Après une heure de réparation à supporter le vent d’ouest et les mini-tornades, nous avons repris la route. Nous avons pu observer au soleil couchant quatre magnifiques lagunas : Ramaditas, Honda, Chiar Khota et la dernière, Hedionda. Cette ultime laguna était bondée de flamants roses, un beau spectacle

Nous avons passé notre nuit dans une habitation pour les chauffeurs, appartenant à un hôtel ridiculement trop cher. Probablement réservé à ces trop nombreux touristes qui dégradent le paysage avec ces 4×4. Scandaleux. 

🛣️ La piste

Curieusement, nous avons passé une nuit dans cet établissement honteux situé à 20 m de la Laguna Hedionda. On s’est réveillés avec des centaines et des centaines de flamants roses. Un magnifique spectacle de la nature.

Il nous manquait quelques kilomètres avant de rejoindre une soi-disant piste vers qui nous mènerait vers Uyuni. Les derniers kilomètres de ripio dans cette partie bolivienne. Nous n’avons pas été déçus et sommes passés par une magnifique lagune : la Laguna Cañape. Après 10 jours de chemin technique, nous faisons rouler notre vélo sur une piste très confortable. Un petit moment de félicité, et nous avons poursuivi notre route pour rejoindre une nouvelle lagune où se tient un restaurant. Nous avons dit au revoir aux 4×4 pour dire bonjour aux gros camions allant et venant du Chili. 

Une fois arrivés au restaurant, il n’y avait plus de vie sur place. Pourtant, tout semblait assez récent. Une porte de poussée et nous nous sommes retrouvés avec tout l’établissement pour nous. Encore une nuit protégés du vent et un bon moment à photographier les étoiles.

🏚️ Alota

Une journée de descente sur un terrain presque bitumé, du pur bonheur. Nous avons profité de ce premier village bolivien pour nous ravitailler et faire une journée de pause. 24 h pour enlever une grosse quantité de poussière et être en forme pour Uyuni. Le paysage a bien changé un peu avant Alota : des falaises, de nombreux lamas ou alpagas, de l’eau, une végétation plus haute et de l’oxygène. Nous sommes redescendus à 3 800 m d’altitude, ça nous a fait du bien ces molécules d’oxygène. Le côté ennuyeux, c’est que nous avons retrouvé des mouches… 

Descriptif de la semaine :
#270 – Árbol de Piedra – Tayka del Desierto – 30 km – 174 m de dénivelé – Hébergés
#271 – Tayka del Desierto – Laguna Hedionda – 38 km – 225 m de dénivelé – Hébergés
#272 – Laguna Hedionda – Colcha K – 38 km – 454 m de dénivelé – Bivouac
#273 – Colcha K – Alota – 33 km – 127 m de dénivelé – Hébergés
#274 – Alota – San Cristóbal – 60 km – 265 m de dénivelé – Bivouac

Article précédent Partager:

Autres articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.